• Accueil
  • Agir ensemble pour sauver le monde

Agir ensemble pour sauver le monde

La protection de l'environnement est leur thème de prédilection... Sebastian Copeland, chercheur polaire, photographe, activiste environnemental, et le Dr Rüdiger Recknagel, chargé de la protection de l'environnement chez Audi et Directeur de la Fondation Audi pour l'environnement se rencontrent. Ils échangent sur la décarbonisation, la responsabilité et l'état de notre planète.

12.11.2021 Texte: Isabella Bigler, Patricia Jell, Patrick Morda - Photo: Sebastian Copeland, AUDI AG Temps de lecture : 11 min.

Temps orageux au-dessus des îles Melchior au large de la péninsule Antarctique.
Temps orageux au-dessus des îles Melchior en Antarctique, photo prise par Sebastian Copeland. Les zones polaires représentent pour lui le « Ground Zero » du changement climatique.

Dr Recknagel, vous êtes responsable de la protection de l'environnement chez Audi depuis cinq ans. Vous êtes également directeur général et porte-parole de la direction de la Fondation Audi pour l'environnement. Vous devez avoir beaucoup à faire !

Il est vrai qu'avec l'attention croissante portée à la santé de notre planète, nous avons beaucoup à faire. Mais nous avons déjà bien progressé, car nous avons compris très tôt que l'industrie devait elle aussi, assumer ses responsabilités. La Fondation Audi pour l'environnement existe depuis douze ans déjà. À l'époque, l'environnement était loin d'être aussi présent dans les esprits qu'aujourd'hui.

 

M. Copeland, vous voulez vous aussi, sensibiliser aux questions de durabilité et attirer l'attention sur le changement climatique grâce à vos expéditions et vos photos. Comment va notre planète ?

Pour répondre à cette question, j'ai l'habitude de dire que nous n'avons pas besoin de regarder plus loin que les régions polaires : elles représentent le « Ground Zero » du changement. En 2009, je me suis rendu à pied au pôle Nord pour la première fois. C'était quelque chose que je rêvais de faire depuis que j'étais adolescent. J'ai retenté l'expérience en 2017, et aujourd'hui, en 2021, je doute qu'il soit encore possible d'atteindre le pôle Nord à pied, car la glace qui recouvre la mer Arctique est en train de fondre. La mer Arctique est l'endroit où le changement climatique est le plus visible. Je sais que mes filles de cinq et six ans ne pourront jamais atteindre le pôle Nord à pied, car il n'y aura plus assez de glace pour marcher. Nous devons rester vigilants, car ce qui se passe dans les régions polaires est un signal d'alarme pour le reste de la planète. Aujourd'hui, on peut trouver des « Ground Zero » partout dans le monde. Des tragédies climatiques plus graves et plus fréquentes se produisant désormais en tout lieu.

 

Quel est le rôle de l'industrie dans la protection de l'environnement et quelle est la responsabilité d'une entreprise comme Audi à cet égard ?

Dr Recknagel : L'industrie est l'un des déclencheurs du changement climatique provoqué par l'Homme. C'est pourquoi elle joue également un rôle clé dans la résolution du problème climatique. L'industrie est en mesure de développer et de mettre en place les technologies nécessaires pour atteindre la neutralité carbone1 à l'avenir. En tant qu'entreprise cherchant à agir avec responsabilité, Audi s'engage à jouer son rôle ainsi qu'à limiter l'augmentation de la température mondiale à deux degrés, conformément à l'accord de Paris.

M. Copeland : Il y a trois acteurs du changement : la politique, les entreprises et l'opinion publique, c'est-à-dire les médias et les consommateurs. Comme ces trois acteurs sont interdépendants, ils doivent travailler ensemble pour avancer. Les humains sont mus par des mécanismes complexes, mais le confort est probablement le moteur le plus évident. Nous souhaitons tous être à l'aise, sans que cela nous coûte trop cher. C'est donc ça, en fin de compte, l'algorithme. Essayer de créer des solutions concrètes à partir de ces contraintes est le travail des entreprises et des politiques. Les transports neutres en carbone¹ sont des solutions faciles à mettre en œuvre. En offrant une technologie incroyable et d'une grande fiabilité, Audi est un excellent exemple des nombreuses solutions disponibles. J'espère que nous serons en mesure de transformer le secteur de la mobilité en allant encore plus loin que les directives réglementaires, au lieu de simplement y réagir.

 

Audi entend par « bilan carbone neutre » la situation dans laquelle, après avoir épuisé les autres mesures possibles de réduction des émissions de CO₂ causées par les produits ou activités d'Audi, les émissions toujours présentes et/ou actuellement inévitables dans le cadre de la chaîne d'approvisionnement, de la production et du recyclage des véhicules Audi sont compensées, au moins de manière quantitative, par des projets de compensation internationaux et volontaires. Pendant la phase d'utilisation d'un véhicule, c'est-à-dire à partir de sa livraison au client, les émissions de CO₂ ne sont pas prises en considération.

Audi entend par « bilan carbone neutre » la situation dans laquelle, après avoir épuisé les autres mesures possibles de réduction des émissions de CO₂ causées par les produits ou activités d'Audi, les émissions toujours présentes et/ou actuellement inévitables dans le cadre de la chaîne d'approvisionnement, de la production et du recyclage des véhicules Audi sont compensées, au moins de manière quantitative, par des projets de compensation internationaux et volontaires. Pendant la phase d'utilisation d'un véhicule, c'est-à-dire à partir de sa livraison au client, les émissions de CO₂ ne sont pas prises en considération.

« 

Nous devons rester vigilants, car ce qui se passe dans les régions polaires est un signal d'alarme pour le reste de la planète. »

Sebastian Copeland

un oiseau survole l'eau.
Les photographies de Copeland dépeignent un monde naturel que peu d'entre nous verrons de leurs propres yeux. Ces images sont prises lors de ses expéditions. Le photographe a parcouru 8 000 kilomètres à pied, seul dans les régions polaires.

Dans le débat général, la protection de l'environnement est souvent associée à la réduction des émissions de CO2. Est-ce suffisant ?

Dr Recknagel : Non, pas du tout. Notre programme environnemental « Mission:Zero » répond donc aux quatre plus grands défis environnementaux mondiaux de notre époque. Le rôle de la décarbonisation dans la limitation du changement climatique n'est qu'un élément parmi d'autres, même s'il est une préoccupation majeure et très médiatisée. D'ici 2025, nous prévoyons que nos principales usines d'Ingolstadt, de Neckarsulm, de Bruxelles, de Györ et de San Jose Chiapa soient neutres en carbone¹. Notre deuxième objectif est de réduire la consommation d'eau. Nous avons l'intention de réduire davantage l'utilisation de l'eau potable pour la production à l'avenir en utilisant l'eau de pluie et les économies circulaires. Notre troisième objectif est de préserver les ressources. Nous nous sommes fixé des objectifs clairs en ce qui concerne la réduction des matériaux d'emballage, mais également l'augmentation du recyclage des matériaux dans notre production. Le quatrième pilier de notre programme environnemental consiste à promouvoir la biodiversité, en mettant en œuvre ou en développant des projets de ce type sur tous les principaux sites de production d'Audi.

Sebastian Copeland : Cela nous amène à aborder un changement de mentalité sur le plan sociétal qui doit être davantage mis en avant : l'écologie et l'économie ne doivent plus être considérées séparément. Ce que je veux dire, c’est qu’au 21e siècle, ces deux domaines sont liés de manière symbiotique. Je suis fermement convaincu qu'une économie viable ne sera plus possible sans une approche écologiquement efficace. Nous devons reconnaître que nous sommes confrontés à une crise systémique : la cause est bien comprise et il existe des solutions.

 

Les transports neutres en carbone¹, une taxe sur le carbone, ainsi que le captage, le piégeage et le stockage géologique du CO2 sont essentiels pour préserver l'environnement. De plus, je pense qu'il est tout aussi impératif pour toutes les entreprises de viser un bilan carbone négatif. Nous devons régénérer la planète en produisant de l'énergie de manière renouvelable et en la distribuant à l'échelle mondiale.

 

¹Audi entend par « bilan carbone neutre » la situation dans laquelle, après avoir épuisé les autres mesures possibles de réduction des émissions de CO₂ causées par les produits ou activités d'Audi, les émissions toujours présentes et/ou actuellement inévitables dans le cadre de la chaîne d'approvisionnement, de la production et du recyclage des véhicules Audi sont compensées, au moins de manière quantitative, par des projets de compensation internationaux et volontaires. Pendant la phase d'utilisation d'un véhicule, c'est-à-dire à partir de sa livraison au client, les émissions de CO₂ ne sont pas prises en considération.

¹Audi entend par « bilan carbone neutre » la situation dans laquelle, après avoir épuisé les autres mesures possibles de réduction des émissions de CO₂ causées par les produits ou activités d'Audi, les émissions toujours présentes et/ou actuellement inévitables dans le cadre de la chaîne d'approvisionnement, de la production et du recyclage des véhicules Audi sont compensées, au moins de manière quantitative, par des projets de compensation internationaux et volontaires. Pendant la phase d'utilisation d'un véhicule, c'est-à-dire à partir de sa livraison au client, les émissions de CO₂ ne sont pas prises en considération.

« 

Nous pouvons faire en sorte de limiter le changement climatique, et nous devons le faire. »

Dr. Rüdiger Recknagel

Quelles mesures concrètes une entreprise comme Audi peut-elle prendre pour assumer la responsabilité environnementale ?

Dr Recknagel : Nous accordons une grande importance implémenter une approche à 360 degrés. La mobilité électrique joue un rôle central pour nous. C'est pourquoi nous prévoyons de proposer 20 modèles entièrement électriques d'ici 2025. Ceci dit, l'empreinte carbone d'un véhicule est très complexe et se divise en plusieurs phases. Pour évaluer notre impact environnemental, nous examinons l'ensemble du cycle de vie de nos véhicules, c'est-à-dire du développement jusqu'à la production dans nos usines, en passant par la chaîne d'approvisionnement. Cela inclut également la phase d'utilisation, le recyclage et la récupération des ressources grâce au recyclage. Des solutions spécifiques sont nécessaires pour chaque phase de la vie d'un véhicule. Pour nous, la production est un levier particulièrement important pour limiter notre impact. Parce que c'est ici, dans notre propre secteur d’activité, que nous avons le plus de possibilités de prendre les choses en main et d'obtenir des résultats. Tous nos actes ont un effet de rayonnement dans la mesure où nous servons de modèle à nos fournisseurs et prestataires en amont de notre production.

 

Quels sont les progrès réalisés par Audi ?

Dr Recknagel : Par rapport à ce qu'auraient été les niveaux d'émissions dans nos usines principales sans les mesures que nous avons prises, nous avons déjà bien progressé vers la neutralité carbone nette¹. A Bruxelles, par exemple, le bilan carbone de notre production est neutre1 depuis 2018, grâce notamment à l'utilisation de systèmes photovoltaïques sur les toits. Le site d'Audi à Győr, en Hongrie, dispose de l'un des plus grands systèmes photovoltaïques en Europe, avec plus de 36 000 cellules solaires et une superficie de plus de 160 000 mètres carrés. En outre, nous couvrons plus de 70 % des besoins en chaleur de l'usine grâce à une installation géothermique. 

Grâce à l'électricité verte et à d'autres interventions, nous avons également fait un grand pas en avant dans nos usines d'Ingolstadt, de Neckarsulm et de San José Chiapa au Mexique. En fait, Ingolstadt est alimentée par de l'électricité provenant de sources renouvelables depuis 2012 déjà.

 

 

Comment évalueriez-vous les efforts actuels d'Audi, M. Copeland ? 

Sebastian Copeland : Le fait qu'un constructeur automobile comme Audi ait annoncé qu'à partir de 2026, les nouveaux modèles qu'il lancera sur le marché mondial seront tous à motorisation électrique, c'est un signal fort. Nous ne devrions pas nous contenter de respecter les exigences légales, mais plutôt nous engager pour aller au-delà et adapter nos stratégies aux besoins de la nature. Sinon, nous ne prospérerons pas. Chez Audi, tout est une question d'innovation. Le luxe et la technologie sont au cœur de la production chez Audi. dans le plus pur respect de la tradition allemande, tout en suivant sa propre voie. Je pense qu'Audi sera un porte-drapeau de l'innovation technologique.

 

Audi entend par « bilan carbone neutre » la situation dans laquelle, après avoir épuisé les autres mesures possibles de réduction des émissions de CO₂ causées par les produits ou activités d'Audi, les émissions toujours présentes et/ou actuellement inévitables dans le cadre de la chaîne d'approvisionnement, de la production et du recyclage des véhicules Audi sont compensées, au moins de manière quantitative, par des projets de compensation internationaux et volontaires. Pendant la phase d'utilisation d'un véhicule, c'est-à-dire à partir de sa livraison au client, les émissions de CO₂ ne sont pas prises en considération.

Audi entend par « bilan carbone neutre » la situation dans laquelle, après avoir épuisé les autres mesures possibles de réduction des émissions de CO₂ causées par les produits ou activités d'Audi, les émissions toujours présentes et/ou actuellement inévitables dans le cadre de la chaîne d'approvisionnement, de la production et du recyclage des véhicules Audi sont compensées, au moins de manière quantitative, par des projets de compensation internationaux et volontaires. Pendant la phase d'utilisation d'un véhicule, c'est-à-dire à partir de sa livraison au client, les émissions de CO₂ ne sont pas prises en considération.

Une baleine plonge dans la mer du Nord.
Copeland a pris cette photo d'une baleine plongeant dans l'océan Arctique. Comme l'explique le photographe, les changements aux pôles ne se limitent pas à l'écosystème local, mais affectent la vie dans le monde entier.
Un iceberg dans l'Arctique.
Lors d'une de ses expéditions en Arctique, Sebastian Copeland a pris cette image d'un iceberg.

Dr Recknagel, vous êtes Directeur de la Fondation Audi pour l'environnement. Quel rôle joue-t-elle dans ce contexte ?

Recknagel : La décision de créer la Fondation Audi pour l'environnement, il y a 12 ans, témoigne de l'engagement d'Audi en faveur de la protection du monde naturel. Comme la Fondation considère que les technologies innovantes sont essentielles à la construction d'un avenir durable, nous agissons comme une force motrice pour leur création. L'un des domaines sur lesquels nous nous concentrons dans notre travail est la promotion de projets de greenovation (innovations vertes) pour préserver les ressources naturelles.

Sebastian Copeland : L'échange d'idées est ce qui est particulièrement intéressant dans la technologie aujourd'hui. Cela implique également de tenir compte des start-ups qui ont de bonnes idées concrètes et de rechercher un dialogue avec elles, en stimulant les innovations de haut niveau. La mise à disposition de technologies Open Source peut également devenir capitale dans certains domaines. En effet, elles démocratisent des technologies plus performantes, avec une empreinte carbone plus faible, à un prix raisonnable qui n'exclut personne. Le progrès est l'affaire de tous, et si tout le monde apporte sa contribution, tout le monde en bénéficiera. Dans le cas contraire, nous ne ferons que perdre du temps, un temps qui nous coûte au niveau planétaire.

 

Le terme « durabilité » est souvent utilisé, peut-être trop, dans ce contexte. Comment pouvons-nous lutter contre la « l’essoufflement lié à la durabilité » et continuer à encourager les gens à agir ? 

Sebastian Copeland : Je pense que le terme « régénération » est plus puissant, précisément parce que le mot durabilité a perdu de son sens. Et aussi, parce que la durabilité n'est pas un concept suffisant. Il ne suffit pas de réduire les émissions à zéro. Cela signifie qu'il faut produire plus d'oxygène et absorber plus de carbone, et non pas simplement les réduire à zéro. Je considère cela comme une nécessité pour l'avenir. Fournir constamment des données aux médias est une bonne stratégie pour lutter contre l’essoufflement lié à la durabilité. Parce que les données sont alarmantes et que nous ne parvenons toujours pas assez à informer scientifiquement le public.

Dr Recknagel : Il est vrai que le terme "durabilité" est largement galvaudé de nos jours. La durabilité n'inclut pas seulement la protection de l'environnement, mais aussi les composantes économiques et sociales. Il incombe bien sûr à l'industrie de déployer des mesures de décarbonisation pour lutter contre le réchauffement climatique, qui est l'un des plus grands défis auxquels le monde devra faire face dans les prochaines décennies. Mais je constate que de plus en plus de personnes sont motivées pour participer à la protection de l'environnement ou à défendre la nature à titre personnel. Et c'est une excellente nouvelle.

 

Selon moi, pour inciter les gens à s'engager durablement, il faut les amener à réfléchir aux répercussions de leur propre comportement et de leur mode de vie. L'étape suivante consiste à les motiver à effectuer des changements, avant de les encourager finalement à soutenir des projets environnementaux. Je suis convaincu que chacun peut et doit apporter sa contribution, à sa manière.

 

Un iceberg en Antarctique au loin.
Intitulée "Farewell", cette photo a été prise en Antarctique en 2009. Copeland est fasciné et attiré par les régions polaires depuis son enfance.

Sebastian Copeland et le Dr Rüdiger Recknagel

Sebastian Copeland est un explorateur polaire, photographe et conférencier qui utilise ses expéditions pour attirer l'attention sur le changement climatique. Ses expéditions l'ont conduit dans l'Arctique, l'Antarctique, le Groenland et bien d’autres endroits. L’explorateur a atteint les deux pôles à pied. Il a reçu plusieurs récompenses pour son travail. Il a conclu un partenariat avec Audi et a exposé ses photos sur le stand de la marque lors du GreenTech Festival  2021.

Le Dr Rüdiger Recknagel occupe plusieurs postes dans le domaine de la protection de l'environnement. Depuis 2016, il est responsable de la protection de l'environnement pour le groupe Audi. Il est également porte-parole du conseil d'administration de la Fondation Audi pour l'environnement GmbH. Doctorant en génie des procédés techniques, il travaille chez Audi depuis 1994. Au cours de sa carrière, il a notamment été responsable de l'analyse de la qualité pour le site d'Ingolstadt et chef de l'atelier de peinture de plusieurs modèles de l'usine d'origine.  

Mais un militant écologiste enthousiaste ne peut pas changer le monde à lui seul...

Dr Recknagel : Les lois et réglementations sont, bien sûr, le travail de base. Je pense, par exemple, à l'accord écologique « Green Deal » de l'UE. Veiller au respect de la loi est une partie importante de ma mission en matière de protection de l'environnement. Mais la contribution de la Fondation Audi pour l'environnement à motiver les gens ne peut pas être surestimée. Personne ne peut sauver le monde seul. Audi, en tant qu'entreprise, ne représente qu'un maillon de la chaîne. Cependant, ce qui compte, c'est d'agir, de prendre les bonnes décisions et d'apporter sa contribution. 

 

Mais un militant écologiste enthousiaste ne peut pas changer le monde à lui seul...

Dr Recknagel : Les lois et réglementations sont, bien sûr, le travail de base. Je pense, par exemple, à l'accord écologique « Green Deal » de l'UE. Veiller au respect de la loi est une partie importante de ma mission en matière de protection de l'environnement. Mais la contribution de la Fondation Audi pour l'environnement à motiver les gens ne peut pas être surestimée. Personne ne peut sauver le monde seul. Audi, en tant qu'entreprise, ne représente qu'un maillon de la chaîne. Cependant, ce qui compte, c'est d'agir, de prendre les bonnes décisions et d'apporter sa contribution. 

 

En ce qui concerne la prise de bonnes décisions, où en sommes-nous en tant que société ?

Dr Recknagel : Je pense que nous avons commencé à prendre des mesures un peu trop tardivement. Mais comme je suis optimiste, je suis convaincu que nous pouvons parvenir à limiter les effets du changement climatique. On doit y arriver. Si certains dommages sont irréparables, il y a encore tellement de choses à sauver. Je me bats pour ça et je suis sûr qu'il y a de bonnes chances que nous puissions faire la différence

Sebastian Copeland : Avons-nous une chance d'arrêter le changement climatique ? Ou est-ce trop tard ? Il est certainement trop tard pour ne rien faire. Mais il n'est jamais trop tard pour un vrai changement. Cependant, comme je l'ai dit, nous devrions aller au-delà du simple respect des exigences légales. Nous devons nous fixer des objectifs plus ambitieux et intensifier nos efforts. 

 

Nous avons donc besoin de progrès durables. Qu'est-ce que cela signifie pour vous ? 

Dr Recknagel : Nous devons exploiter des technologies qui, au lieu de peser davantage sur les écosystèmes, les soulagent. Il ne suffit pas de réduire les émissions et d'atteindre la neutralité carbone. Nous devrions également éliminer de l'atmosphère l'excès de CO2 produit au cours des dernières décennies. En plus de l'approche technologique, nous devons parvenir à sensibiliser les personnes de tous âges à l'importance de préserver l'environnement. Par exemple, nous encourageons les collaborateurs à lancer des projets de bénévolat écologique. Dans le meilleur des cas, ces projets stimulent également leur environnement social respectif et l'impact croît durablement.

 

 

Cela nous amène à la devise d'Audi : « Le futur nous anime »...

Sebastian Copeland : Exactement. Et tout est une question d'attitude si nous voulons résoudre la crise climatique. Embrasser l'avenir signifie défier nos peurs. Cela implique du courage, de la participation, de l'engagement, de l'investissement et de l'espoir. Ce sont ces qualités qui permettent la transformation. Nous devons instaurer un avenir nouveau et avoir le courage de nous détacher de nos anciennes convictions.

 

¹Audi entend par « bilan carbone neutre » la situation dans laquelle, après avoir épuisé les autres mesures possibles de réduction des émissions de CO₂ causées par les produits ou activités d'Audi, les émissions toujours présentes et/ou actuellement inévitables dans le cadre de la chaîne d'approvisionnement, de la production et du recyclage des véhicules Audi sont compensées, au moins de manière quantitative, par des projets de compensation internationaux et volontaires. Pendant la phase d'utilisation d'un véhicule, c'est-à-dire à partir de sa livraison au client, les émissions de CO₂ ne sont pas prises en considération.

¹Audi entend par « bilan carbone neutre » la situation dans laquelle, après avoir épuisé les autres mesures possibles de réduction des émissions de CO₂ causées par les produits ou activités d'Audi, les émissions toujours présentes et/ou actuellement inévitables dans le cadre de la chaîne d'approvisionnement, de la production et du recyclage des véhicules Audi sont compensées, au moins de manière quantitative, par des projets de compensation internationaux et volontaires. Pendant la phase d'utilisation d'un véhicule, c'est-à-dire à partir de sa livraison au client, les émissions de CO₂ ne sont pas prises en considération.

The Audi e-tron Sportback

La protection de l'environnement chez Audi

Le monde de la mobilité est confronté à des défis et des changements majeurs. Audi les considère comme des opportunités.

En savoir plus

Audi e-tron Sportback: Consommation énergie mixte*: 24–20,9 kWh/100km (NEDC); 25,9–21,1 kWh/100km (WLTP)Émissions de CO₂ mixtes*: 0 g/km

Audi e-tron Sportback: Consommation énergie mixte*: 24–20,9 kWh/100km (NEDC); 25,9–21,1 kWh/100km (WLTP)Émissions de CO₂ mixtes*: 0 g/km

Cela pourrait également vous intéresser

Your browser does not seem to be up to date. Maybe our website does not work optimally. Most browsers (but not MS Internet Explorer 11 & older) work fine.
We recommend you to update your web browser!
The latest version can ensure a good result anywhere on the internet.

Thank you very much for your visit.

Your Audi Team